GAST 2015

Avec le développement des entrepôts de données de plus en plus massifs, les informations sont  accumulées pour espérer que leur exploitation puisse apporter des informations profitables à terme. Dans cette perspective, la gestion des données massives de toute nature (documents textuels, images ou simple valeurs numériques, etc.) cherche de plus en plus à intégrer des estampilles temporelles ou spatiales pour enrichir leur indexation. Pour répondre aux besoins d’exploration approfondie des données temporelles et spatiales; et d’exploitation des informations qu’elles contiennent, des méthodes et outils spécifiques sont requis. Ceux-ci doivent, en particulier, faciliter leur(s) extraction(s), leur(s) gestion(s), leur(s) représentation(s), leur(s) analyse(s) et leur(s) visualisation(s).

Les défis qui se posent sont de deux ordres : comment informer et compléter les estampilles temporelles ou spatiales et comment tenir compte de ces informations dans les processus d’extraction de connaissances. Le premier défis aborde la question de la construction, de l’évaluation, de l’enrichissement et de l’exploitation de sources d’informations variées (en particulier textuelles) pour indexer spatialement ou temporellement les données de manière effcace et précise. Ces problèmes se posent depuis longtemps pour des données statiques et se renouvellent dans un contexte de données liées et ouvertes. Le besoin d’outils de représentation et de manipulation de l’information temporelle et spatiale devient de plus en plus nécessaire pour automatiser l’enrichissement des données. Le second défi vise à exploiter la richesse de ces informations. également étudié depuis plusieurs dizaines d’années, le développement d’algorithmes dédiés à l’extraction d’information à partir de données temporelles ou spatiales posent toujours le défi de concilier l’effcacité des méthodes et la richesse de l’information qui peut être tirée des données.

L’atelier GAST (Gestion et Analyse Spatio-temporelles) a eu lieu en 2015 dans le cadre de la conférence Extraction et Gestion des connaissances (EGC).

 

Les actes de l’atelier peuvent être téléchargés ICI.

Les commentaires sont fermés